21/02/2014

LES COMPETENCES INSOUPCONNEES DE MADAME SYLVINE THOMASSIN , MAIRE DE BONDY BEST OF 2012

 

La maire de notre ville, Sylvine Thomassin, héritage encombrant du PS local, égrène avec une certaine constance, ses innombrables facultés intellectuelles dans des domaines aussi éclectiques les uns que les autres.

 

Dernièrement, notre édile locale s'est particulièrement illustrée en revendiquant des compétences médicales jusqu'à présent inexploitées. Les bondynois auront désormais le privilège de se targuer d'être administrés par une personne investie d'une omnicience qui force l'admiration de tous.

 

Loin de faire étalage de son savoir scientifique, et exclusivement animée par son esprit civique  inoxydable, Madame Thomassin s'est sentie investie d'une nouvelle mission quasi-messianique dans sa ville: apporter ses vénérables lumières aux forces de l'ordre en charge de débusquer les dangereux cocaïnomanes.

 

La maire de Bondy aurait immanquablement fait preuve d'exemplarité si son zèle désormais 'légendaire' à Bondy n'avait fait une victime innocente parmi ses élus, et provoqué ainsi un séisme au sein de son propre conseil municipal....auprès duquel elle peine décidément à légitimer sa place d'héritière.

 

Mais avant de poursuivre notre exposé, cédons à notre désormais rituel liminaire en livrant la définition du mot 'cocaïnomane',  choisi par notre maire, lors de sa déposition à la police judiciaire de Bobigny pour qualifier ses soupçons à l'encontre de l'un de ses élus, Nadir Kitatni.

 

Cocaïnomane: nom commun

Définition du petit Robert: personne intoxiquée par un usage fréquent de cocaïne

 

 

Avant d'investir la fonction de maire, Madame Thomassin exerçait le métier honorable de sage-femme.  Se sentant de plus en plus étriquée dans sa blouse d'auxiliaire médicale, elle a donc décidé de mettre au service de l'intérêt public des compétences injustement inexploitées.

Explications....

 

Revenons au 26 mars dernier, jour de la venue dans notre paisible bourgade de François Hollande, suivi de près d'un aéropage imposant (Manuel Valls et consorts). Le petit monde, oh combien fébrile, de dame Thomassin est sur le pied de guerre: la France va  la regarder le temps d'un meeting organisé hâtivement sur le parvis de l'hôtel de ville bondynois. La tension est à son comble pour la maire qui voit là arriver sa minute de gloire médiatique: recevoir le futur hôte de l'Elysée.  Rien ni personne ne doit contrarier sa joie de côtoyer dans ses murs le gratin socialiste.

 

La veille, Nadir Kitatni, l'un des conseillers municipaux, entré en dissidence depuis le départ du maire - qui a cédé sa place à Sylvine Thomassin pour le sénat - convie sur son blog les habitants à venir exprimer leurs doléances restées lettre morte, au candidat Hollande.

 

Rien ne devait contrarier la minute de gloire médiatique de dame Thomassin....

 

Quelques heures avant l'événement tant attendu, deux élus PS(dont son compagnon) et une élue PC iront déposer plainte contre Nadir Kitatni pour menaces de mort teintées d'un relent islamiste. Monsieur Kitatni étant de confession musulmane, le hasard ne fera t-il pas bien les choses ? Les bondynois connaissent aujourd'hui les conséquences qui ont découlé de ces dénonciations calommnieuses balayées par la justice.

 

Rien ne devait contrarier la minute de gloire médiatique de dame Thomassin....

 

Son élu en garde à vue, Madame Thomassin, bien décidée à collaborer activement avec la police judiciaire, dégaine ses compétences reconnues de toxicologue et de psychiatre pour déclarer aux policiers  que Monsieur Kitatni est constamment très agité durant les séance du conseil municipal et  pense qu'il est cocaïnomane !!!! Propos similaires qu'elle tiendra à ses soeurs en présence de sa directrice de cabinet, Cécile Mexandeau, peu après le meeting de François Hollande.

 

Arc-boutée sur sa conviction d'avoir à faire à un toxicomane ( le  métier de sage-femme mène à tout), elle réitèrera ses soupçons dans une interview au Bondy Blog, le 5 avril dernier, en affirmant que Nadir Kitatni « n'était pas dans un état normal », et d'ajouter: « A la sortie du conseil municipal, j’ai été alertée par des collègues, tous bords politiques confondus, y compris l’opposition de droite, qui m’ont dit qu’ils ne se sentaient pas en sécurité. Certains parlaient de peur physique >>.

 

Après avoir entendu bon nombre d'élus aux sensibilités politiques différentes, la police judiciaire ne confirmera aucunement, dans ses nombreux procès-verbaux, les allégations de Madame Thomassin.

 

L'analyse psychiatrique et l'examen médical auquels Nadir Kitatni acceptera de se soumettre invalideront de manière implacable les accusations de la maire.

 

Depuis quand l'opposition politique doit-elle symptomatique de troubles du comportement et signe de toxicomanie ?

 

Rien ne devait contrarier la minute de gloire médiatique de dame Thomassin....

 

Quelques jours après la terrible épreuve subie par son élu, son cabinet déclarera au Parisien le 29 mars: "Nadir Kitatni perturbe systématiquement le conseil municipal depuis des mois. Son exaltation coutumière a atteint les limites du raisonnable. Lundi, nous recevions François Hollande, nous devions pas prendre le risque qu'il perturbe le meeting ". Ces propos ressembleraient-ils à des aveux inconscients ?

 

 

Sylvine Thomassin a considéré que « Nadir Kitatni valait mieux que ça ». Mieux que quoi ?

-certainement mieux que  le personnage violent créé par des apprentis politiciens aux abois

-définitivement mieux que les basses manoeuvres dégradantes pour celles et ceux qui les ont utilisées afin de disqualifier un autre élu opposé à leur stratégie politique.

 

Pour sa part, la justice de notre pays a en effet considéré que Nadir Kitatni valait mieux que cet agrégat de calomnies et d'accusations mensongère graves.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09:56 | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.